1/5

A Lesson about Cats and Faults

​Fabien Giraud et Benoît Maire (2014)

Vidéo exhibited in the Artsonje Center in Séoul during the summer 2014

 

"Pour cette première collaboration, Fabien Giraud et Benoît Maire explorent et donnent forme à travers un film à leur récentes recherches en lien avec la topologie et la théorie de la décision. Ce film d'animation réalisé en image de synthèse par Ruben Cohen, met en scène deux voix coréennes, celles d'un homme et d'une femme, et se déroule en suivant les mouvements d'une caméra subjective qui nous fait plonger dans une narration à travers laquelle se joue la perception erronée d'une discontinuité."

 

«la fille analytique, qui susurre: Il y a plusieurs choses suspendues dans un «Je sais»: des objets et des ombres, notamment.

Les objets qui tombent ont donné une chute comme seul repère, soudain, des ombres sont mal tombées aussi.

Les ombres ne restaient pas fixes, pourtant aucun soleils ne les éclairait.

Les choses ont transportée leur nuit, et un chat changeant de dimension les coupait alors, il nous montrait leur tranche coupée.

Leur tranche coupée: un semblant pour épater les enfants.

Il y avait une faille, j'ai pensé «il y a un bord», puis tombait un pont sur le bord, seulement plus loin le revers de la faille s'écroulait en montagne.

Nul bord.

Des objets qui tombaient, je les ramassais comme des modèles faits avec de la nuit. Des modèles pour des chats alors, à couper encore, sans que nul bord ne viennent border le bord.»

Interiors

Ruben Cohen (2015)

Vidéo en 360° exposée à la Straat Galerie à Marseille pendant l'hiver 2015 dans le cadre de l'exposition "Des filles, la mer et une grotte" de Rebekka Deubner

 

“Quand enfant ta balade sur le rivage aboutissait aux grottes, face à l’île, tu t’engageais dans sa pénombre, là où la lumière cesse d’atteindre la peau et les corps qui s’offrent à elle. On ne t’a jamais dit que tu visitais les entrailles, et pourtant tu le savais : cette langueur venait de plus loin, de plus tard, que de l’interdit formulé, celui de fréquenter les grottes.

À l’horizon des orages, à l’interstice des passages, tu t’y faufilais et quittais le monde explicite et connu pour rejoindre les abysses, le fantasme.
Il y a peu de lieux où tu te sentais (te sens), immergée. L’obscurité
nimbée d’une lampe torche est une enveloppe dans laquelle tu t’insérais (t’insères), avec calme. Il n’y a pas là de tourment, le bruit ne s’écoule

pas : il s’impose de part et d’autre de ces parois qui t’enserrent. On est bien étourdie quand on a connu les grottes, ce berceau — leur fortune minérale.
Le dévers t’emmenait plus au fond, au creux livide des pointes de roche dressées qui projettent, sur les faces tavelées des voûtes, un profil sévère. L’humidité qui fait couler sa saveur froide le long des membres : tu as tout vu, tout senti, imprégnée de cet envers du monde. ”

Extrait du texte « Pour une jeune fille » de Camille Richert. 

Extrait de la vidéo à 360°. Non compatible avec Safari. Pivoter avec les touches ZQSD ou avec la souris

IMG_0377
IMG_0377

Modélisation d'une séquence de Lifestyle

Hugo Caillaud (2014)

Vidéo exposée à l'école des Beaux-arts de Cergy

 

Mouvements et contexte

Les metadonnées de Séquence de LifeStyle ont pour vocation d'enrichir l'imaginaire conçernant son mouvement et son contexte. Le mouvement est assez simple, c'est une forme qui change en permanence et qui disparaît dans le sol et réapparait. Comme si elle cherchait tout le temps la forme approprié et, lorsque elle déclare une proposition, sort du sol. Ses différents passages marquent le sol. Elle peut voler, ramper ou juste apparaître, mais tout ses mouvements se font près du sol.
Sa forme change lentement lors des apparitions et doit différer avec contraste entre chaque apparitions. Le registre formel auquel appartient SLS reste le même, c'est à dire courbe et organique. Sa couleur reste grise mais plusieurs nuances de gris peuvent être utilisés.

 

Le contexte dans lequel se déplace SLS est un milieu urbain gigantesque mais non post apocalyptique (c'est à dire pas en ruine). Une bibliothèque d'image constituera le moodboard de cette ville. Pour éviter un surplus de travail de finition deux solutions s'offrent à nous, soit nous concentrons tous les déplacements dans un espace très restreint (par exemple un intérieur d'appartement vide avec vue sur la ville), soit nous synthétisons ce qui nous plaît dans ce genre d'environnement et recréons quelque chose qui retransmet son atmosphère plus simplement.

 

Caméra

Des plans d'ensemble seront plus judicieux afin de donner une idée du mouvement, du contexte et de la transformation de SLS. Par contre, des mouvements de caméra peuvent permettre une meilleure compréhension de la forme.
La caméra pourrait bouger seulement lorsque sls apparaît.
La caméra pourraît avoir un mouvement très lent lorsque sls est absente et lorsqu'elle apparaît, son mouvement serait plus rapide pour suivre les transformations et déplacements de SLS.

 

3D

Une esthétique assez réaliste me parraît convenir à ces metadonnées puisqu'elle permettrait d'ancrer cette forme abstraite dans une réalité plus précise. SLS traîte aussi de comportement social.

 

Durée et diffusion

Cette vidéo a pour vocation d'enrichir l'imaginaire de sls et de préciser son intention. Elle ne nécésite donc pas de format trop long et sera diffusée en boucle. 3mn paraissent suffisantes pour ne pas trop voir tout le temps le même mouvement sans tomber dans une durée trop courte qui rendrait la vidéo trop anecdotique.